Version française
Version anglaise
Accueil
Pourquoi évaluer la prise alimentaire ?
Principe de l’EPA®
Comment utiliser l’EPA® ?
Interpréter les résultats
Obtenir l’EPA®
Vous êtes triangle EPA Utiliser l’EPA® ?

Comment utiliser l’EPA® ?




L’utilisation de l’EPA® est recommandée par les experts de la Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNEP), afin d’évaluer la prise alimentaire des patients(6,7).

Tous les membres de l’équipe soignante peuvent l’utiliser auprès du patient.

L’utilisation de l’EPA® est simple et peut être réalisée selon 2 modalités basées chacune sur une seule question à poser au patient :



Une échelle visuelle analogique
Question posée : « Pouvez-vous indiquer les quantités que vous mangez actuellement, en plaçant le curseur entre « rien du tout » et « comme d’habitude » ? »
Le patient indique les quantités qu’il mange actuellement à l’aide du curseur sur l’échelle graduée de « rien du tout » à « comme d’habitude ».
Le résultat, compris entre 0 et 10, est à consulter au verso.
La même information peut être obtenue verbalement en posant au patient la question suivante : « Si l’on considère que lorsque tout va bien vous mangez 10 sur 10, quelles quantités mangez-vous actuellement sur une échelle entre 0 et 10 ? ».



Une évaluation visuelle des portions consommées
Consigne donnée : « Veuillez indiquer la portion consommée lors de votre dernier repas (midi ou soir). » Le patient indique, à l’aide du curseur ou de son doigt, les portions consommées lors de son dernier repas (midi ou soir).



EPA Ville

utiliser EPA

6. Thibault R, Guex E, Pichard C. Comment évaluer l’état et le risque nutritionnels ? Quelle stratégie d’intervention ? Questions de Nutrition Clinique de l’Adulte, Edition SFNEP. Chap 5:55-79.
7. Senesse P et al. Recommandations professionnelles. Nutrition chez le patient adulte atteint de cancer : textes courts. Nutr Clin Metab 2012;26:151–158.
8. Hiesmayr M, et al. Decreased food intake is a risk factor for mortality in hospitalised patients: The Nutrition Day survey 2006. Clin Nutr 2009;28:484–491.