Version française
Version anglaise
Accueil
Pourquoi évaluer la prise alimentaire ?
Principe de l’EPA®
Comment utiliser l’EPA® ?
Interpréter les résultats
Obtenir l’EPA®
Vous êtes triangle EPA Évaluer la prise alimentaire

Pourquoi évaluer la prise alimentaire ?




La dénutrition touche au moins 5 % des sujets âgés à domicile, 30 % des sujets en institution et de 30 à 50% des patients hospitalisés(1). Elle a de multiples conséquences sur l’état de santé du patient :
        augmentation du risque d’infections,
        augmentation du risque de complications après chirurgie,
        augmentation du risque d’escarres,
        diminution de la réponse et de la tolérance aux traitements (ex : chimiothérapie, radiothérapie),
        augmentation de la mortalité,
        augmentation de la durée d’hospitalisation,
        augmentation des coûts de santé.



Il est bien démontré que la dénutrition s’aggrave lors du séjour hospitalier en l’absence de prise en charge spécifique(2), et il est suggéré qu’un retard de prise en charge de la dénutrition de 48h augmente la durée du séjour hospitalier de 24h(3).



La diminution de la prise alimentaire qui est présente chez 69% des sujets hospitalisés(4) est fortement associée au risque de dénutrition.



Dépister ce risque, de façon précoce, est donc un enjeu de santé publique et la Société Européenne de Nutrition Clinique et Métabolisme (ESPEN) recommande un dépistage précoce et systématique de la dénutrition chez tous les patients hospitalisés (5).



L’EPA®, outil d’Evaluation de la Prise Alimentaire, permet ce dépistage précoce du risque de dénutrition.



L’utilisation d’une échelle analogique est recommandée par les experts de la Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNEP), afin d’évaluer la prise alimentaire des patients(6,7).



1. Beau P. Épidémiologie de la dénutrition chez le malade hospitalisé. Traité de nutrition artificielle de l’adulte, 3e édition. Paris : éditions Springers, 2006. Chap 80:1093-102.
2. Mc Whirter JC, Pennington CR. Incidence and recognition of malnutrition in hospital. Br Med J 1994;308:945-8.
3. Tucker HN, Miguel SG. Cost containment through nutrition intervention. Nutr Rev 1996;54:111-21.
4. Thibault R, et al. Assessment of food intake in hospitalised patients: A 10-year comparative study of a prospective hospital survey. Clin Nutr 2010 Nov 8 [Epub ahead of print].
5. Kondrup J, Allison SP, Elia M ; Vellas B, Plauth M. Educationnal and Clinical Practice Committee, European Society of Parenteral and Enteral Nutrition (ESPEN). ESPEN guidelines for nutrition screening 2002. Clin Nutr 2003;22:415-21.
6. Thibault R, Guex E, Pichard C. Comment évaluer l’état et le risque nutritionnels ? Quelle stratégie d’intervention ? Questions de Nutrition Clinique de l’Adulte, Edition SFNEP. Chap 5:55-79.
7. Senesse P et al. Recommandations professionnelles. Nutrition chez le patient adulte atteint de cancer : textes courts. Nutr Clin Metab 2012;26:151–158.